ADACNI

Adaptive processes in cnidarians : integrative study of the response to thermal stress and climate change, from genes to populations

Projet en cours

Projet affilié à:
Porteur du projet DIMAR/IMBE
Partenaires industriels SO
Partenaires recherche UNS/UMR7138, UPVD/UMR 5244, AMU/MIO, IRD, UPMC/OOB, AMU/UMR 7353
Budget 2 800 K€
Cofinanceur publics ANR
Année de labellisation 2012
Année de cofinancement 2012

Le projet a pour but d'étudier l'adaptabilité et les processus adaptatifs face au stress thermique chez les cnidaires. Une approche comparative sera utilisée du niveau individuel au niveau de l'espèce.

Les espèces considérées seront : l’anémone Anemonia viridis (eurytherme, symbiotique), le corail tropical Pocillopora damicornis(sténotherme, symbiotique) et le corail rouge Corallium rubrum (eurytherme, non symbiotique).

Le stress thermique peut déclencher des phénomènes de blanchissement chez P. damicornis et A. viridis, et des nécroses et des mortalités chez C. rubrum.

Pour chaque espèce seront comparées des populations présentes en environnement contrastés (différents régimes thermiques).

Dans un premier temps une approche expérimentale permettra d'étudier la réponse en situation de stress pour les différentes comparaisons prévues.

Dans un deuxième temps une approche de génétique des populations sera conduite afin de rechercher des locus déviants qui pourraient être responsables d'adaptations génétiques à différents environnements.

La troisième partie du projet aura pour but de vérifier si les gènes candidats identifiés au niveau expérimental ou des analyses populationnelles sont effectivement impliqués dans la réponse au stress.

Cette validation sera faite expérimentalement avec un nombre suffisant d'individus et par l'étude en conditions naturelles d'individus présentant des symptômes de blanchissement et de nécrose.

Une approche de modélisation sera utilisée pour étudier la réponse des populations et des espèces au changement climatique, cette approche envisageant également l'évolution de la plasticité.

Les résultats obtenus seront utiles pour la gestion des populations naturelles. Ils donneront aussi des éléments importants sur l'étude de l'évolution des processus adaptatifs chez les cnidaires.