Hydro-morphodynamisme en zone littorale: outils collaboratifs pour la recherche scientifique

Project leader Université de Montpellier (I-site MUSE)
Research partners Université de Pau et Pays de l’Adour, Université de Bretagne Occidentale, CNRS
Budget 11 270 K€
Year of labeling 2020

[PROJET STRUCTURANT]

 

HECTOR est une initiative signifiant « Hydro-morphodynamique sur le littoral : outils collaboratifs pour la recherche scientifique». HECTOR vise à acquérir et déployer un équipement innovant d'ambition nationale pour les sciences du littoral, motivé par un fonctionnement ouvert, horizontal et équilibré. En France, les sciences du littoral sont par essence inter-disciplinaires et jusqu'ici, les scientifiques travaillant sur ces sujets sont dispersés dans de nombreux laboratoires dans des contextes très différents et aux priorités parfois antagonistes. Le principe d’une science collaborative au sein d'HECTOR est un impératif stratégique pour assurer le développement et la structuration de cette discipline environnementale.

 

Le cadre de l'initiative HECTOR est la zone littorale, avec une attention particulière portée aux systèmes de plage sableuses, rocheuses ou récifales, à la dynamique du trait de côte et aux systèmes estuariens connexes. Les objectifs scientifiques généraux sont (i), sur la base de mesures in-situ, de favoriser de nouvelles percées en sciences du littoral, et plus spécifiquement sur les processus hydro-morphodynamiques, et (ii) d'encourager les échanges de connaissances et valoriser les expériences entre une communauté académique spécialisée et un ensemble d'acteurs impliqués dans des travaux sur les risques côtiers, les énergies marines renouvelables littorales, les ressources en eau et en sable, les effets du changement climatique sur nos côtes, les activités portuaires, le dragage, les systèmes de gestion de crise, les solutions d'ingénierie douces ou basées sur la nature pour la protection des côtes et le développement durable des zones littorales. HECTOR a été pensé pour qualifier des quantités physiques (niveau, vagues, courants, etc.) encore trop mal documentées et fondamentales pour traiter correctement ces sujets.

 

L'initiative HECTOR est organisée autour de quatre piliers fondamentaux : (i) un équipement de rupture, (ii) des outils de manipulation et d'analyse de données, (iii) des installations originales appelées Centres Logistiques de Plage [BLC] et (iv) une gouvernance simple et efficace. Aucun de ces quatre aspects n'est négligé, la robustesse de l'initiative dépendant de chacun d'eux également. L'équipement en lui-même consiste en un ensemble totalement inédit de stations mobiles in-situ [IMS] construites autour de combinaisons complexes de composants de pointe mesurant des quantités physiques à haute fréquence et très fine résolution.

 
HECTOR est animé par l'Université de Montpellier (I-site MUSE) en partenariat avec l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (I-site E2S UPPA), l'Université de Bretagne Occidentale, et le CNRS. Cette organisation évite la dispersion des ressources et permet de les regrouper à une échelle cohérente, représentative des subdivisions régionales européennes et des trois façades françaises et l’outre mer. Les idées, les équipements et les scientifiques ont déjà circulé librement dans ce réseau collaboratif, ce qui démontre la capacité d'HECTOR à opérer rapidement à l'échelle nationale.

 
Dans chaque centre logistique de plage [BLC], les scientifiques et un vaste réseau de partenaires (entreprises, collectivités locales, associations, institutions) profitent de l'équipement, d'outils et de contacts pour alimenter la recherche et la R&D. Les BLC disposent de moyens pour accompagner l’utilisation des équipements. Ils inventent une nouvelle structuration des sciences littorales en France, aussi proche que possible des besoins locaux tout en étant profondément liés à l'organisation nationale de la recherche. Une telle construction offre les meilleures perspectives de (i) promotion internationale de la recherche littorale française, (ii) développement de transferts R&D efficaces, (iii) utilisation optimale des ressources publiques et (iv) stabilité économique long terme par la combinaison des financements nationaux et des soutiens des partenaires et autorités locales.