Découvrez les lauréats de l'appel à projets Avenir Littoral 2021

logo-avenir-littoral.png

 

Organisé par Midi Libre et Midi Events avec le soutien de la Région Occitanie, l'agence de développement économique AD'OCC & le Cluster Maritime Français, la quatrième édition du Salon du Littoral et des enjeux méditerranéens a été le théâtre de l'annonce des lauréats de l'appel à projets Avenir Littoral édition 2021 !

 

L’innovation constitue un des leviers essentiels du Plan littoral 21, porté par l’Etat, la Région Occitanie et la Banque des territoires pour accompagner la transformation du littoral sur la décennie 2017-2027.

 

Lancé en 2019, l'appel à projets intitulé « Avenir littoral » a pour objectif de soutenir le développement de solutions concrètes et innovantes face aux défis du réchauffement climatique, de la préservation de la biodiversité et de la pression démographique, auxquels notre territoire est particulièrement exposé et qui nécessitent une adaptation permanente. Il s’agit également de faire émerger de nouvelles filières dans le domaine de l’économie bleue et de générer des emplois durables en Occitanie, en s’appuyant sur un écosystème régional très riche en ingénierie, recherche et développement, start-up et en valorisant le savoir-faire des entreprises d’Occitanie.

 

Découvrez les projets lauréats de l'édition 2021 :

  • Acqua Smart Reuse (ASMR) : Gestion, valorisation et recyclage complet d’eaux résiduaires sur un pôle de plaisance.

Porté par Acqua.eco, le projet labellisé par le Pôle Mer méditerranée Acqua Smart Reuse (ASMR) d'un budget de 377 000 € vise à développer une solution permettant de traiter et de recycler, sans produits chimiques, les eaux usées issues du pôle de plaisance du Port Sud de France. L’eau ainsi purifiée sera réutilisée sur l’aire de carénage proche. La solution se base sur un dispositif de collecte des eaux résiduaires, combiné à un procédé de traitement et recyclage innovant, permettant de réutiliser 100% de l’eau, sans utilisation de produits chimiques pour le traitement. Ce système est conçu pour présenter une consommation énergétique réduite en phase de traitement ainsi qu’un faible besoin d’entretien, grâce à un gestionnaire intelligent..

  • THANA'BOAT : Preuve de concept d’un schéma de valorisation matière par recyclages mécanique et chimique de composites issus de Bateaux de Plaisance Hors d’Usage (BPHU).

Le projet THANA’BOAT, porté par le Groupe TUBERT Environnement avec nos adhérents IMT Mines Alès et Alpha Recyclage Composites, constitue une preuve de concept de démantèlement et recyclage durables des bateaux de plaisance hors d’usage (BPHU). Il constitue le premier acte de la valorisation matière par recyclage mécanique et chimique à grande échelle des BPHU. Ces produits sont principalement constitués de résine polyester insaturée et de fibre de verre. Il s’agira de développer un schéma opérationnel d’optimisation des procédés et matériaux de la valorisation du gisement, pouvant alors être décliné à d’autres types de gisement comme l’automobile, le ferroviaire et l’éolien.

  • REMORA : Solution de traitement et de destruction des déchets polymères en fin de vie.

Le projet porté pas TECHNACOL avec ENIT et FOLLOWEARTH consiste à expérimenter une solution alternative de traitement de déchets plastiques pétrosourcés, alors qu’il n’existe aujourd’hui que quelques filières de revalorisation de plastiques, qui n’en traitent que quelques variétés. Les solutions proposées par ce consortium diffèrent selon le type de déchets : pour les déchets plastiques à forte valeur ajoutée technologique, il s’agira d’en extraire du fil extrudé pour créer des produits de toutes formes avec des imprimantes 3D (exemple : transformation d’une bouteille en engin de pêche) ; pour les déchets plastiques à faible valeur technologique ou trop dégradés par des années de présence dans l’environnement, l’objectif est de les rendre non toxiques et bio-assimilables (équivalent à du compost), en accélérant artificiellement le phénomène de dégradation.

  • OUTPAK :The autonomous beach camp.

Le projet porté par MONKI avec CHEMDOC WATER TECHNOLOGIES vise à développer un centre nautique semi-autonome en énergie et eau mettant en œuvre des engins nautiques électriques (pédalo, foil, moteur), destiné à accueillir des classes d’école de mer et des activités récréatives nautiques plus durables.

Basé sur un aménagement modulaire, réversible et intégré à l’environnement, ce centre nautique combine différentes briques technologiques et services : la production d’énergie renouvelable pour la recharge des batteries des engins nautiques, l’éclairage… ;
le traitement et recyclage d’eau pour certains usages (douche, lavage des engins…) ; le suivi des consommations, etc. L’expérimentation réalisée sur la commune de Palavas permettra d’apprécier le fonctionnement des équipements, la maîtrise des risques (notamment sanitaires), et de valider le concept global en vue de son déploiement.

  • La Bordée : Expérimentation d’une recyclerie dédiée aux sports nautiques de Sète au Grau-du-Roi.

Le projet porté par LEZPRIT REQUIPE consiste à expérimenter la mise en place d’une recyclerie dédiée aux sports nautiques sur un territoire allant de Sète au Grau-du-Roi. L’objectif est de collecter, valoriser et redistribuer des équipements sportifs non utilisés ou destinés à être jetés : dériveurs, paddles, kayaks de mer, accastillages, combinaisons, vestes, etc. L’appel à projets « Avenir littoral » permettra de financer : une étude de faisabilité pour identifier les acteurs potentiels et décrire les modalités opérationnelles de mise en œuvre de la recyclerie ; l’expérimentation du dispositif sur toute la chaîne ; des opérations de sensibilisation (ateliers de réparation collaboratifs, défis sportifs, etc.) sur le « sport zéro impact » auprès des pratiquants et des structures nautiques (clubs, fabricants, distributeurs, magasins de sport, loueurs, etc).

 

Téléchargez le catalogue des projets lauréats de l'appel à projets Avenir Littoral depuis 2019

 

 

L’appel à projets « Avenir littoral » a permis de distinguer 23 projets, portés par plus de 60 acteurs (entreprises, laboratoires, associations...), représentant un montant total de plus de 8 millions € et subventionnés à hauteur de 4,17 millions €.