Réunion du comité de suivi du projet ECOSYSM EOF 3 mars 2020

La première réunion du comité de suivi du projet a été réunie à Ifremer Sète le 3 mars dernier.

 

Rappelons que l’objet du projet est de proposer une méthodologie et une architecture d’outils d’observation haute fréquence adaptable sur des éléments des Parcs éoliens offshore flottants (EOF) pour acquérir et documenter des connaissances sur l’état et l’évolution des écosystèmes marins en interaction avec les parcs éoliens flottants dans le Golfe du Lion. C’est une première brique pour de futures observations des écosystèmes marins. Il est important de relever qu’ECOSYSM EOF, ainsi d’ailleurs que le projet ORNIT EOF (sur l’avifaune), bénéficient de l’opportunité d’avoir des éoliennes en mer pour réfléchir à la construction de ce réseau de suivi qui permettra d’observer sans doute certains effets des éoliennes mais permettra plus largement un suivi de l’écosystème à mettre en lien avec le plan d’actions du document stratégique de façade (DSF).

 

Le Pôle Mer Méditerranée coordonne le projet avec les partenaires : Ifremer, France Energies Marines, Observatoire Océanologique de Banyuls, laboratoire de recherche océanographique MIO, GIS 3M.

 

Le budget du projet est de 540 k€ subventionné pour 300k€ par l’ADEME. RTE, EDF, EOLFI, ENGIE, contribuent au financement du projet.

 

Ce comité de suivi comprend : ADEME, DIRM Med, DREALs, PREMAR Med, Régions Sud et Occitanie, OFB, Energéticiens, RTE, Parc naturel marin du Golfe du Lion, Instances représentatives des pêcheurs, associations environnementales, les partenaires.

 

Son rôle est de prendre connaissance du projet et de donner des avis sur les actions menées par rapport aux objectifs. Il est prévu 3 réunions au cours du projet : au début du projet, à mi-parcours, en fin de projet.

Près d’une vingtaine de personnes ont participé à cette réunion.

Chacun des partenaires a présenté les actions prévues dans ce projet et répondu à de nombreuses questions des participants.

En particulier les partenaires ont apporté des précisions sur les capteurs pour l’observation des espèces et les mesures dans l’environnement et les méthodologies envisagées. Les innovations prévues dans le projet ont été présentées, notamment : le biologging, l’emploi d’un réseau LoRa (objets connectés), l’acoustique passive pour le suivi des cétacés,…

 

Parmi les recommandations :

  • Intégrer dans l’état de l’art les données des études d’impact collectées par les énergéticiens sur les parcs pilotes.
  • Echanger avec les porteurs des projets de R&D sur des sujets en rapport avec ECOSYSM EOF afin de viser une complémentarité. Il est envisagé de réunir un séminaire dans ce but.
  • Tenir compte des données des campagnes que l’Ifremer effectue chaque année, par suivi aérien : survol mégafaune marine (thons, cétacés, ...), en complément des données des campagnes SAMM (Suivi Aérien de la Mégafaune Marine : oiseaux et mammifères marins)

En conclusion l’intérêt de ce projet par les participants a été confirmé et une réunion est souhaitée à l'issue de la phase bibliographique de recueil et d’analyse des données de l’état de l’art.