4 questions à Predict

JBL3

 

Nous sommes allés à la rencontre de Jean – Baptiste Léger, président de la société Predict. Il va nous présenter les activités de sa société et également nous parler de son expérience au sein du Pôle Mer Méditerranée.

 

Pouvez –vous nous présenter Predict en quelques mots ?

Predict est une entreprise qui existe depuis plus de 19 ans spécialisée dans la conception et le développement de solutions numériques de maintenance prédictive à base d’intelligence artificielle pour la surveillance, le diagnostic prédictif, le pronostic et la maintenance à distance des installations industrielles. Predict emploie 20 salariés et espère faire grossir l’effectif avant la fin 2018. Nous visons plus de 100 salariés d’ici 5 ans. L’entreprise réalise actuellement un chiffre d’affaires de 1.5 millions d’euros et espère le doubler à l’horizon 2020. Nos produits adressent les marchés de la défense, le naval, l’aéronautique, le nucléaire, l’industrie automobile, l’énergie, l’industrie minérale, la sidérurgie, la chimie finie, la pétrochimie, la microélectronique.

 

Vous êtes adhérent du Pôle Mer Méditerranée depuis 2005, quasiment depuis sa création pour quelles raisons aviez-vous adhéré ?

Installé depuis 2004 en région Provence – Alpes Côte d’Azur afin d’avoir un haut niveau de prestation à très forte valeur ajoutée auprès de Naval Group, l’adhésion de Predict au Pôle était une évidence. Nous souhaitions nous inscrire dans un écosystème d’innovation et cela correspondait exactement à la vocation du pôle. Le Pôle Mer a été le premier pôle de compétitivité que nous avons rejoint. Nous sommes membre depuis 2005 et sans discontinuité.

 

Quel a été l’apport du Pôle dans votre développement ?

Le Pôle Mer Méditerranée a rapidement noté la valeur ainsi que le potentiel de nos innovations en labellisant nos projets, en facilitant la prise en compte et la considération de nos dossiers auprès des financeurs. Il a donc joué un rôle d’accélérateur dans notre développement tant au niveau sectoriel (naval et maritime) que territorial. Le montage de projets collaboratifs proposé par le pôle nous a permis de rentrer en contact avec des partenaires industriels qui pour certains le sont toujours depuis 10 ans. Enfin, les différents groupes de travail mis en place permettent d’être régulièrement informé des nouvelles orientations stratégiques dans les différents domaines d’activités, de rencontrer d’autres acteurs et de se faire connaître.

 

L’avis de Christophe Avellan, directeur adjoint en charge des projets et responsable du DAS 2 « Naval et Nautisme »

PREDICT est membre du pôle depuis sa création, et a porté dès le départ des innovations de rupture sur le marché de la maintenance et du maintien en conditions opérationnelles des grands navires militaires et civils. Les projets PRONOSTIC (2006) et BMCI (2007) ont été les premiers projets R&D labellisés par le Pôle Mer portant sur l’e-maintenance et la conduite intelligente des systèmes navals. Ces premières briques technologiques, aujourd’hui industrialisées et en exploitations dans des navires complexes ou des ensembles industriels à terre, sont le socle de nouveaux projets, actuels ou en devenir dans le cadre de la feuille de route SMARTSHIP du CORICAN.

Le SMARTSHIP, navire plus intelligent, plus performant, plus opérationnel et plus sûr, intègre des données hétérogènes de multiples sources différentes afin d’améliorer son efficacité et son attractivité, et ce dans un environnement sécurisé et à coût optimisé. Le SMARTSHIP contribue à la transition numérique de l’économie maritime, et porte de grands projets ambitieux pour la filière navale et maritime française comme le MARIN Augmenté (Augmentation des capacités humaines pour exploiter un navire, permettant aux opérateurs de se concentrer sur les activités à plus forte valeur ajoutée) ou le JUMEAU NUMÉRIQUE DU NAVIRE ou « DIGITAL TWIN-SHIP » (modèle numérique jumeau d’un navire, exploitable pour toutes les phases, et fidèle à la réalité, permettant d’assurer la continuité numérique sur tout le cycle de vie du navire). C’est en particulier dans le JUMEAU NUMERIQUE que se trouvent aujourd’hui certaines briques élémentaires d’e-maintenance.                                                                                                    

Le Pôle vous a également accompagné sur l’international, pouvez-vous nous raconter votre expérience ?

J’ai eu l’occasion d’effectuer une mission en juin 2017 sur les Activités maritimes et construction navale. Cette mission, subventionnée par la DGE et organisée par les Pôles Mer et Business France nous a permis de connaître le marché local, de rencontrer des acteurs industriels et institutionnels. Cette mission a été un réel déclencheur pour nos activités et nous a permis par exemple de renouer le contact avec une entreprise que nous connaissions depuis 2010 et avec qui nous avons signé un partenariat lors du salon Pacific 2017. Nous avons également créé une filiale à Adelaïde au sein de l’incubateur ThincLab où 2 personnes sont déjà installées et 3 autres les rejoindront avant la fin 2018. Predict fait également partie de l’action collective Australie qui nous permet aujourd’hui de rencontrer de potentiels partenaires pour développer nos projets. Nous menons également des actions de notre côté en complément de l’accompagnement du pôle, notamment avec Austrade et le GICAN. Notre ambition aujourd’hui, c’est de faire croître la part de l’export à 40% de notre chiffre d’affaires, de poursuivre nos efforts en Australie et de faire naître une filiale aux Etats-Unis en 2019.

 

L’avis d’Eve Raymond, Directrice en charge du développement international

Effectivement, j’accompagne Predict sur l’international et je suis ravie de voir que les contacts pris au cours de nos différentes actions ont fortement contribué à son développement. J’apporterai un complément sur l’Australie en  indiquant que le but est d’aller toujours plus loin. L’idée d’origine était de monter,  autour d’un grand donneur d’ordre, en l’occurrence Naval Group, un pool d’entreprises du Pôle et de ses partenaires susceptibles de répondre à leurs besoins sur l’Australie. Ainsi s’est ainsi constitué le « Club Australie » composée aujourd’hui d’une trentaine d’entreprises. En s’appuyant sur des partenaires australiens comme Austrade qui représente les Etats Australiens et qui a pour rôle de contribuer à la prospérité économique du pays et à appuyer les entreprises qui veulent s’installer en Australie, et sur nos partenaires locaux que sont le GICAN, Business France et Naval Group, un steering committee s’est mis en place fin 2017.

Ses objectifs :

  • Poursuivre l’action lancée autour de Naval Group
  • Elargir le panel d’entreprise susceptible de répondre aux besoins exprimés
  • Elargir les thématiques (EMR, Oil and Gaz …)
  • La formation
  • Aider nos entreprises à se développer en Australie

Nous avons déjà des résultats concrets : Predict, FIVA ont ouverts des filiales en Australie, Ingeliance, Alseamar, Apsys ont signé des accords de partenariats avec des entreprises australiennes.

Vient d’être lancé également le Maritime Connection Days qui est un programme unique d’accélération de 10 mois pour booster le développement à l’international des entreprises souhaitant investir en Australie : https://www.polemermediterranee.com/Le-Pole-Mer-Mediterranee/Actualites/International/Pole-Mer-Mediterranee-et-le-Maritime-Connection-Days-Lancement-du-premier-programme-d-acceleration-Francais-dedie-a-l-industrie-maritime

Nous remercions Jean-Baptiste Léger de nous avoir accordé du temps pour cette interview et le félicitons pour sa réussite et son engagement au sein du pôle.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les activités de Predict : http://www.predict.fr/

 

Vous souhaitez en savoir plus sur le domaine du naval et du nautisme, vous avez une idée de projets, contactez Christophe Avellan : avellan@polemermediterranee.com

 

Besoin d’accompagnement à l’international, n’hésitez pas à contacter Eve Raymond : raymond@polemermediterranee.com