Essai pilote de restauration écologique en milieu marin côtier dégradé, tel est l'objectif du projet Remora !

News

Cette vidéo réalisée par la Fondation Veolia et l’Agence de l’Eau Rhône, Méditerranée et Corse présente les premiers résultats du projet Remora.

Entre la Seconde Guerre Mondiale et la mise en service de la station d’épuration Amphitria en 1997, les eaux usées de sept communes (Toulon, La Seyne-Sur-Mer, Saint-Mandrier, Six-Fours, Ollioules, Le Revest-des-Eaux et Evenos, étaient collectés jusqu’au Cap Sicié avant d’être rejetées directement dans la mer. Les activités anthropiques ont dégradé le milieu marin et ont ainsi dévasté la faune et la flore de cette zone.

La création et la mise en service de la station d’épuration Amphitria en 1997  (gérée par Veolia Eau) a permis d’atteindre un rendement d’épuration de plus de 90% et a permis un début recolonisation du milieu par la faune et la flore cependant la zone restait encore non peuplée.

Dans le cadre de la Directive Européenne « Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin » de 2008, dont l’objectif est « l’utilisation durable des mers, et la conservation des écosystèmes marins » à  l’horizon 2020, le projet Remora (Restauration Ecologique en Milieu Océanique par Récifs Artificiels) est né.

Porté par TVT / Pôle Mer Méditerranée, cofinancé par la Fondation Veolia et l’Agence de l’Eau Rhône, Méditerranée et Corse, le projet consistait à mettre en place des récifs artificiels et ainsi recréer une nurserie naturelle pour les futurs poissons adultes, leur fournir un abri mais également un garde-manger.

En 2015, les premiers récifs artificiels ont été installés au large du cap Sicié, et on constate aujourd’hui que la faune aquatique commence à coloniser les lieux.

Projet collaboratif, il rassemble six partenaires techniques et scientifiques : la PME DBS, concepteur fabricant de récifs artificiels, le bureau d’études en environnement marin ERAMM, l’Institut Océanographique Paul Ricard IOPR, expert en ichtyologie et bon connaisseur de la zone d’étude, l’entreprise IXSurvey de travaux maritimes, le centre de recherche et innovation de Veolia, et, l’exploitant de la station d’épuration Amphitria, Veolia Eau, coordonnateur opérationnel du projet.

Compte tenu de cet objectif REMORA a été intégré dans le Contrat de baie de la rade de Toulon dans les actions significatives pour la préservation et la restauration de la biodiversité de la rade de Toulon. Les récifs REMORA sont implantés dans une zone Natura 2000.

La vidéo ci-dessous présente les premiers résultats de cette opération prometteuse qui connait un début fort encourageant!

Votre contact au Pôle Mer Méditerranée : 

Guy Herrouin :  herrouin@polemermediterranee.com